Commentaires et homélie du dimanche  23 févr. 2020

Commentaires

Homélie du dimanche     

7e dimanche dans l'année A

23 février 2020

Imprimer l'homélie 

L’évangile d’aujourd’hui donne d’autres exemples concrets par lesquels Jésus nous invite à passer d’une morale du permis et du défendu à une morale de liberté fondée sur l’amour. Et contrairement à ce qu’on pourrait peut-être penser, c’est bien plus exigeant d’être renvoyé à sa responsabilité et à sa conscience. 

Jésus donne à la Loi du Premier Testament son sens profond qui est d’être ouverture à l’amour. Les hommes se plaisent à la réduire à des prescriptions légalistes, qu’il s’agisse de la loi du talion ou de l’amour des ennemis. Jésus veut faire de nous des fils ajustés à l’Amour sans limite qu’est Dieu et non pas des observateurs minutieux de préceptes.  On a connu de tels découpages de cheveux en quatre dans l’Eglise autrefois au sujet par exemple du jeûne eucharistique. Ce légalisme qui veut prévoir tous les cas n’y parvient jamais. Même les Etats tombent dans le même travers en multipliant précipitamment des lois dès qu’un cas nouveau se présente. Dans un tel système, l’homme abdique sa liberté et se contente d’appliquer ce qui est prévu par la loi. Ce qui est plus confortable que de persévérer courageusement dans l’amour.

Jésus, lui, sans supprimer les observances de la torah, veut en retrouver le sens libérateur. « Le sabbat est fait pour l’homme et non l’homme pour le sabbat. » De même quand il est interrogé pour savoir qui est le prochain : le lévite et le prêtre voyant le blessé respectent l’interprétation légaliste de la Loi en évitant de le toucher de peur d’encourir une impureté rituelle. Ils sont en règle. Le samaritain, qui ne s’embarrasse pas de ce formalisme, voit ce qu’il est bien de faire et s’occupe du blessé. Va et fais de même ! (Luc 10, 37)

Dans un petit livre sur Saint Paul, Daniel Marguerat, exégète protestant, écrit que la morale de l’Évangile est une morale de l’excès qui inscrit l’infini du désir de Dieu dans le quotidien de nos vies (Paul de Tarse, Éd. du Moulin 1999, page 98). Pour comprendre ces mots, acceptons de nous laisser guider par saint Paul qui nous invite aujourd’hui à goûter le mystère insondable de Dieu qui vient demeurer en nous. « Frères, n'oubliez pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l'Esprit de Dieu habite en vous ». Il nous invite à découvrir toujours mieux l’abîme de cet amour infini du Père pour les hommes au point de leur donner son Fils pour faire de nous des fils animés de son Esprit. Il écrit encore : « le monde et la vie et la mort, le présent et l'avenir : tout est à vous, mais vous, vous êtes au Christ, et le Christ est à Dieu ». 

La première lecture nous stimulait en ces termes : « Soyez saints, car moi, le Seigneur votre Dieu, je suis saint. Tu n'auras aucune pensée de haine contre ton frère. » Et Jésus, en écho, place la barre encore plus haut : « Vous donc, soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait. »

Mais n’est-ce pas impossible ! Non, si quelqu’un a réussi à la faire. Ce quelqu’un, c’est Jésus lui-même. Jésus a été fidèle à Dieu son Père jusqu’au bout, jusqu’au don de sa vie. Il a pardonné à ceux qui l’ont crucifié. Dieu l’a ressuscité d’entre les morts. 

En Jésus, le Ressuscité, quand nous l'accueillons en nous, nous croyons que nous commençons à vivre déjà cette fidélité parfaite au Père. Oui, laissons l’infini du désir de Dieu s’inscrire dans le quotidien de nos vies.

Lecteurs/Servants
/communion

Vous désirez apporter votre collaboration à nos liturgies par le service de lecteur et/ou de  servant d'autel et/ou communion.

Donnez votre nom à Mme Carole Langlois 418-248-1937

La Chorale
Chanter les louanges du Seigneur, c'est prier deux fois... Devenez membre de la chorale  . Appelez au presbytère: 
418-248-2121

 

Support financier

Aimer son église s'est aussi contribuer à son financement.  Une solidarité qui s'exprime par: 

- Un don 

-Un virement bancaire volontaire

-La capitation. 

Merci .

N.B. Reçu d'impôt disponible.